Noir Master Gris Tex® Gore Femme Carve Dainese 2 Blouson Rouge
| Connexion-InscriptionGris Rouge Dainese Noir Tex® Femme Blouson Master Carve Gore 2 |
Surveste Veste Homme Stylé Milestone Noir Cuir qIHqwXdMaster Rouge Gris Gore 2 Femme Noir Dainese Carve Blouson Tex® |
 
The taille Bleu urban Face Navy North 42 Blouson Homme Quest UqxwvHUZ
2 Carve Blouson Tex® Noir Master Rouge Dainese Femme Gore Gris Et Vêtements Hvi Homme College Teddy American w6X8qO8a
Diversité
Muga Winchester Chemise Longues Manches Bordeaux Homme À Cintrée 66aTq4w

I. La sécurité au grand angle

Le sentiment d'injustice, un facteur de risques

Valérie CAILLET, maître de conférences en sociologie à l'IUFM de Versailles, chercheure au Laboratoire d'analyse des problèmes sociaux et de l'action collective (Lapsac) du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (Cadis ). [email protected]

Les élèves sont souvent confrontés à des tensions produisant différents types d'injustices, notamment dans les jugements scolaires et la qualité des relations entre enseignants et élèves. Face à l'injustice, ils développent plusieurs attitudes, allant de la protection à l'agression. La construction d'un climat de justice peut contribuer à réduire les violences et à convertir les problèmes de "sécurité" en souci d'équité.

Depuis plusieurs années déjà, le thème de la sécurité a gagné l'institution scolaire. Désormais, on ne parle plus de violence scolaire sans parler d'insécurité, comme en ont témoigné dans certains établissements les arrêts de travail d'enseignants destinés à obtenir un cadre de travail leur garantissant le calme et la protection1Blousons D'hiver Pour Columbia Homme Canada argaZpxwq. Du coup, le métier d'enseignant est apparu comme un nouveau métier "à risques", exposant les enseignants à des dangers liés à l'incertitude des situations et à des élèves perçus comme irrespectueux et potentiellement agressifs. Cette demande de sécurité a pris un caractère souvent radical, proche du retour à l'ordre et de la discipline, de l'image d'une école "sanctuaire". En fait, depuis une quinzaine d'années, le traitement de la violence scolaire a semblé se réduire au développement des technologies de contrôle social : des mesures successives ont été prises pour protéger les écoles de l'intérieur et de l'extérieur (mise en place de policiers, de vidéosurveillance, de portiques)Schott In Made Vestes 184 Homme Usa Doudoune Rocky Pas Cher Rndwx. Pourtant, lorsque l'on rencontre les acteurs concernés (enseignants, élèves), on s'aperçoit que leur demande de sécurité est infiniment plus complexe. Tout d'abord, c'est plus les incivilités que l'insécurité qui sont évoquées, car tous ont le désir de voir affirmer les égards dus à autrui. Puis, on observe que les élèves ont de fortes attentes de justice qui, dans la pratique, ne sont pas satisfaites. Une importante enquête empirique nous a permis d'observer que le sentiment d'injustice chez les élèves est extrêmement massifKaporal Cult15m6jmas Homme À Destock mastic Jeans Blouson 76 Veste 1xRwOq6S. Du coup, à défaut de justice, les élèves eux aussi se tournent vers une demande de sécurité qui traduit en réalité leur difficulté à faire reconnaître les injustices subies.

Dans cet article, nous proposons de réfléchir à la manière dont les sentiments d'injustice sont susceptibles d'alimenter le ressentiment et la frustration des élèves, à l'origine de comportements "à risques" tels que destructions de matériel, insultes, agressions. Certains résultats de notre recherche montrent en effet que la non-prise en compte des plaintes des élèves dans ce domaine participe d'un climat favorable à l'irrespect, pouvant à long terme entraîner des formes de révolte. Les violences qui émergent dans les établissements ne sont pas le fait d'attitudes purement irrationnelles. De nombreux travaux ont montré que l'accusation adressée à l'encontre des jeunes, perçus comme "classes dangereuses", faisait l'impasse sur la manière dont les plus exclus d'entre eux, les "vaincus du système4", exprimaient leur déception et leur haine vis-à-vis d'une institution qui les a scolarisés tout en les maintenant à l'écart. Nous souhaitons ainsi relier la question de l'insécurité à celle du sentiment d'injustice en montrant que la sécurité, entendue comme la recherche d'une certaine stabilité, d'un équilibre et d'un bien-être des individus, passe aussi par un désir de justice. En mettant au jour les conséquences de l'injustice vécue sur le climat des établissements, nous identifions le sentiment d'injustice comme un facteur de risque propice à des comportements de retraits et de violences.

UNE SENSIBILITE EXACERBEE A LA JUSTICETouchdown En Wrung Ligne Les Baseball De Hommes Eastbay Veste UanXvvS

Comment expliquer que la justice soit un élément aussi central dans la vie des élèves ? Depuis la massification scolaire, le modèle de justice scolaire a évolué. Sous la Troisième République, l'école de Jules Ferry a rendu l'école primaire obligatoire et gratuite pour tous les élèves mais ne permettait pas aux plus modestes d'entre eux d'accéder aux plus hautes places de la société. Ce modèle de "l'élitisme républicain" n'était donc pas synonyme d'égalité des chances (Lelièvre, 2002). Dès la fin des années 1960, la massification scolaire amène à penser la démocratisation du système et ouvre les possibilités d'accès au secondaire, grâce notamment à la mise en place du collège unique, selon deux objectifs : d'un côté garantir l'égalité de tous les élèves, de l'autre sélectionner ceux-ci en fonction de leur mérite. Mais dans la réalité, ces deux principes de justice s'avèrent difficiles à concilier, entraînant des dilemmes et des tensions fortes pour les acteurs (Dubet, 2000). Par exemple, les enseignants déclarent qu'il n'est pas toujours aisé de maintenir l'égalité de traitement tout en distinguant les élèves entre eux.

Ce glissement de modèle entraîne aussi un changement d'image de l'école : bien que l'école républicaine ait été profondément injuste dans son mode de recrutement des élèves, elle est toujours apparue paradoxalement comme juste aux yeux de tous, car l'origine de l'injustice était située dans la société, accusée de maintenir de véritables destins sociaux. Aussi, lorsque l'école de Jules Ferry promouvait quelques élèves d'origine défavorisée, elle renforçait la croyance des individus en une école ouverte nécessairement juste. Du même coup, elle offrait des consolations à ceux qui étaient éliminés du système scolaire en associant leur échec à leur origine sociale, à une sélection qui se réalisait en amont de l'école. Avec la massification, l'image d'une école innocente dans laquelle l'élève accepte son échec comme un destin social est remplacée par celle d'une école qui crée en son sein diverses inégalités. Dans cette nouvelle relation d'égalité où chacun doit sans cesse faire ses preuves, la question de la justice devient centrale. D'une certaine façon, l'exacerbation des problèmes de justice tient à la nature même de l'école démocratique de masse. La démocratisation de l'école conduit les élèves à éprouver avec une force particulière ce qu'implique la justice, car ces derniers ont toutes les raisons de penser qu'ils méritent d'être traités avec justice. L'opinion publique pense d'ailleurs que l'école se doit d'être un lieu de réduction des inégalités.

L'évolution des travaux en sociologie de l'éducation reflète bien cette complexification de la question de la justice5. Pour la sociologie critique des années 1960-1970, l'injustice scolaire, même si elle est vivement dénoncée, demeure principalement de nature sociale, car l'école n'est que l'instrument de reproduction des inégalités sociales. Les analyses apparues dans les années 1980-1990 jugent cette approche trop partielle, exclusivement en termes d'inégalités sociales d'accès aux sommets du système éducatif, faisant oublier que l'école produit en son sein des inégalités. De nombreuses recherches démontrent alors que les inégalités scolaires ne s'expliquent pas seulement par les inégalités de capital culturel ou d'ambitions sociales, mais qu'elles sont de plus en plus relayées par le système scolaire lui-même, par le biais de différents "effets" (effet établissement, effet classe, etc.) qui participent à la formation d'inégalités multiples et contextuelles, produites par les choix et les pratiques des acteurs. Les performances et la concurrence l'emportent bien souvent sur l'égalité des chances et de l'offre éducative. L'école devient ainsi aux yeux des élèves de plus en plus responsable des inégalités constatées. Dans un système scolaire qui a créé de fortes attentes, il est donc logique que les élèves soient devenus très sensibles à la justice et que les frustrations et les déceptions de ceux qui échouent soient à la hauteur des promesses non tenues.

DES EPREUVES SCOLAIRES PORTEUSES D'INJUSTICES

Notre recherche sur l'expérience d'injustice des élèves s'est appuyée sur plus d'une centaine d'entretiens compréhensifs menés auprès du personnel enseignant et d'élèves appartenant à des classes d'âge contrastées, des "grands" et des "petits", dans des collèges et des lycées de Bordeaux et de sa banlieue. L'objectif était d'identifier les injustices vécues à l'école en aidant chaque élève interrogé à construire un récit de ce que pouvait être son expérience vécue. Pour cela, les entretiens ont reposé sur une demande de description de situations significatives. Les récits ainsi produits tenaient compte à la fois des faits et de leurs représentations.

Notre parti pris méthodologique était le suivant : considérer comme injuste ce qui était jugé comme tel par l'élève, sans chercher la "vérité" ou l'objectivité de ce qui était raconté. L'analyse de ce matériau nous montre que la formation du sentiment d'injustice chez les élèves émerge d'une pluralité de normes de justice ; la difficulté à tenir ensemble l'égalité, le mérite et le respect dû à des élèves sujets de droits est à l'origine de cette expérience. Les injustices ressenties par élèves concernent deux grands domaines, les jugements scolaires et la vie commune, mais nous n'établirons pas ici la liste exhaustive de ces expériences ; nous nous en tiendrons à l'une d'entre elles, récurrente et centrale, celle qui concerne la valeur scolaire6.

Il existe pour les élèves un sentiment aigu, quasi permanent et malheureux, d'être des victimes potentielles d'un jugement scolaire injuste, souvent manifesté, selon eux, dans le mépris de leurs professeurs à leur égard. Ce sont sans doute les notes qui illustrent le mieux cette obsession. L'évaluation est source d'incertitude car elle amène l'élève à croire en la possibilité de s'auto-évaluer : si le travail fourni par l'élève est censé être payant et si la note est un salaire proportionnel à l'investissement fourni, alors la réussite scolaire doit être le produit de cette équivalence (Dubet, 1997). Or les expériences quotidiennes des élèves brisent fréquemment cette fiction érigée autour du travail. C'est pourquoi les "forçats" du travail (Barrère, 1997) contestent sans cesse les notes qui ne tiennent pas compte de leur mérite, entendu comme effort et temps de travail, car ces élèves pensent avoir appliqué les consignes et avoir répondu aux attentes professorales. L'injustice réside bien ici dans le regard de l'élève et pas seulement dans les caractéristiques objectives de la situation. La confusion entre performance et investissement est entretenue par les enseignants eux-mêmes puisque, à note égale, un élève pourra "passer" alors que l'autre redoublera - car on peut effectivement obtenir la moyenne sans être "à son maximum" ou, à l'inverse, en ayant beaucoup travaillé. Le mérite a donc un coût : il expose l'élève à des déceptions, l'épuise lorsqu'il n'est pas reconnu et peut à long terme le décourager, jusqu'à l'arrêt du travail. L'expérience scolaire peut alors ressembler à un jeu auquel certains n'ont plus envie de participer, conduisant à un désengagement progressif (absentéisme, décrochage scolaire). Les jugements scolaires sont donc bien plus que des épreuves "objectives". Lors de la réception des notes, les enseignants assistent à de nombreuses réactions et émotions de la part des élèves, comme les pleurs ou la colère. Et si la autour des notes est monnaie courante dans certaines classes, on peut penser que ce sont sans doute les seules marges de manoeuvre et de négociation que possèdent les élèves pour tenter de se faire entendre et de rétablir la justice. Il faut rappeler aussi que les notes sont déterminantes dans l'élaboration des décisions d'orientation lors des conseils de classe et qu'elles servent plus que jamais de référents pour le passage dans la classe supérieure. De plus, les notes sont rarement "rejouables" et difficiles à relativiser dans un contexte où les performances scolaires priment et où elles sont la seule preuve du niveau scolaire.Nova Dafy Blouson Moto Lady Moto Segura De 5xxqSZI

Mais le mérite est encore plus coûteux lorsqu'il justifie des traitements différenciés de la part des enseignants. Un sentiment de mépris, de relégation et d'humiliation émerge de nombreux entretiens d'élèves, faisant apparaître le poids des réputations et des stigmates scolaires : les élèves en échec racontent alors les vexations autour des mauvaises notes et les commentaires qui "enfoncent" (Merle, 2005). Le sentiment de mépris naît ainsi de la confusion entre le jugement sur le travail et le jugement sur la personne, à travers les remarques et les "mots de trop" des enseignants sur leurs insuffisances et leurs incapacités. "L'école inscrit sur les individus ce qu'il faut appeler une forme particulière de confiance institutionnelle en soi7." Aussi, lorsque cette reconnaissance s'effondre, c'est la personne même de l'élève qui se trouve alors vexée, fragilisée et enragée. Par ailleurs, de nombreux élèves en difficulté et en échec scolaire déclarent subir un traitement défavorable : moins d'attention de la part de leurs professeurs, moins d'indulgence, moins d'exigences, des appréciations dévalorisantes, voire de l'indifférence. Dans notre enquête, certains enseignants avouent d'ailleurs être gratifiés par la réussite de leurs meilleurs élèves, comme un miroir leur renvoyant une image positive d'eux-mêmes et donc, du même coup, être plus indulgents à leur égard.

DE LA DEFENSE A LA VIOLENCE

Les injustices vécues sont aussi des expériences subjectives, des sentiments qui participent à la formation et parfois à la destruction des sujets. Les élèves vivent et gèrent leur sentiment d'injustice de différentes manières : alors que certains le subissent et se vivent comme d'éternelles victimes, d'autres parviennent à le dépasser et à faire de cette expérience un support à la subjectivation et à l'autonomie. Quelle que soit la forme qu'elle revêt, l'expérience de l'injustice est aux yeux des élèves une façon de donner une cohérence à des événements successifs vécus sur un mode très individuel, comme le fruit de situations et d'enseignants injustes. En fin de compte, le sentiment d'injustice est un prisme à travers lequel les élèves donnent sens à leur parcours scolaire, à leurs déceptions et à des échecs qui les renvoient trop souvent à leur propre responsabilité. Nous décrirons ici deux types d'adaptation aux injustices ressenties.

Premièrement, de nombreux élèves tentent de résister à l'injustice subie en construisant un système de protection dans lequel ils se perçoivent avant tout comme des victimes de l'injustice des autres. Dans ce cas précis, le sentiment d'injustice est utilisé comme un "art martial", pour se protéger. "Toutes sortes de victimes peuvent imaginer des explications et des excuses pour justifier leur perte de façon crédible. C'est peut-être dans cette sphère de l'imaginaire que le Femme Gris Dainese Master Tex® Rouge Gore 2 Noir Blouson Carveself

Master Femme Tex® Gris Rouge Blouson Dainese Noir Gore 2 Carve tfTvw7 Master Femme Tex® Gris Rouge Blouson Dainese Noir Gore 2 Carve tfTvw7
en déroute peut mener son dernier combat8." Par exemple, certains utilisent leur sentiment d'injustice pour interpréter des situations scolaires plus ou moins humiliantes. Le sentiment d'injustice devient alors une ressource qui permet de rendre les autres responsables d'une orientation non souhaitée ou d'un échec scolaire. "Sur le moment, le sentiment d'injustice est inévitable, il veut dire : "Les autres ont choisi pour moi", car ils sont dans l'incapacité de choisir. La plupart du temps, les gens sont capables de faire l'analyse eux-mêmes mais c'est difficile de reconnaître les éléments en jeu et c'est plus facile de rester sur un discours ambiant : "C'est la faute des autres." Le fonctionnement institutionnel contribue beaucoup à ça." (Conseillère d'orientation au collège L.)

L'absence de ressources institutionnelles de protestation, l'impossibilité d'être entendu renforcent évidemment ce sentiment de victimation et d'impuissance ; quand on ne peut réagir, on se sent écrasé. "Ce qui se dégage quand on écoute les élèves, c'est une impression de dévalorisation personnelle, de culpabilité. Par contre, dans le discours, ça passe par "c'est la faute des autres", "c'est la faute du système", c'est le mécanisme de défense habituel. Certains se dévalorisent massivement, mais là, ils sont très mal, ils n'ont plus la capacité à mobiliser leur mécanisme de défense pour accuser les autres." Cette conseillère d'orientation considère l'expression du sentiment d'injustice comme un paravent salvateur face au sentiment de culpabilité de l'élève. Car, grâce à la dissimulation et au refus de sa propre responsabilité, l'élève se donne un sursis à lui-même pour structurer sa personnalité ; il s'accorde une sorte de délai qui lui permet ainsi de "digérer l'affaire". Cette attitude de déni et d'occultation de la responsabilité personnelle apparaît souvent comme l'expression d'une évidente "mauvaise foi". De cette façon, les élèves évitent la souffrance, en particulier les élèves d'origine étrangère qui, confrontés à l'humiliation, mobilisent ces mécanismes de défense et les généralisent à l'ensemble des institutions (le système scolaire, la police, la justice, les services sociaux). Leur mépris des institutions et leur haine sont très peu porteurs de critique et leur permettent seulement de considérer leur état comme le fruit d'une injustice, imputable à la conduite des autres. Parce qu'ils ont l'impression d'être lésés et laissés pour compte, ils interprètent leurs difficultés en termes ethniques et accusent de racisme les membres de ces institutions9.

Un enseignant en mathématiques explique que ce phénomène du bouc émissaire est très présent chez les élèves d'origine maghrébine : "Dès qu'on les pénalise trop, ils disent qu'on est raciste. "Vous m'aimez pas parce que je suis arabe." J'avais un élève comme ça qui faisait une bêtise par cours, il trouvait injuste que je le punisse lui et pas les autres ; mais lui, en plus, il était dans tous les compartiments : travail non fait... Il se sentait tyrannisé. Il a fallu que la prof principale intervienne, qu'on discute à trois pour qu'il soit convaincu que je ne lui en voulais pas." Les sentiments d'injustice sont aussi liés à des points de vue et à des malentendus. Le sentiment d'injustice offre donc aux élèves la possibilité de se construire comme victimes et de transformer l'expression de leur indignation. Les élèves peuvent alors s'enfermer dans un système de "bonnes raisons" (Boudon, 1995) qui, mêmes si elles se révèlent fausses, leur permettent toutefois de ne pas se sentir coupables.

Deuxièmement, cette autodéfense peut bien sûr conduire certains élèves à exprimer de façon violente leur ressentimentHansen Mens Helly Ski Vi7208 Beau Jacket Bluered RnnfgpqEn Légère Avec Island Nylon Capuche Parka Homme Veste Stone Noire pZ0fqnzX. Les élèves développent une violence antiscolaire, dirigée contre l'institution et leurs enseignants, pour se libérer des injustices et des humiliations endurées tout au long de leur parcours scolaire, pour exprimer leur frustration. Refusant de s'en prendre à eux-mêmes, ils signifient ainsi qu'ils ne supportent plus le poids des jugements scolaires et qu'ils ne sont pas non plus favorables à une tentative d'apaisement. À l'expérience du mépris s'ajoute l'impuissance à laquelle leur statut les condamne ainsi que leur impossibilité à s'opposer aux valeurs de l'école. La difficulté à organiser une contestation collective et à dépasser leur ressentiment favorise ce recours à la violence (Caillet, 2005). La capacité des élèves à développer des stratégies "implique une distance à soi, une réflexivité permettant de jouer des coups, d'innover afin d'être reconnu11". Or la violence ne répond à aucune de ces conditions. Tout d'abord, elle ne permet pas aux élèves qui l'utilisent d'introduire une distance suffisante à l'égard de l'école et des enseignants ; ils ne peuvent plus se protéger de la virulence de l'injustice qu'ils subissent car ils sont trop "dans" l'école et adhèrent à l'image qui est véhiculée d'eux. Les élèves les plus violents sont généralement les plus soumis scolairement et les plus dominés socialement. Ces élèves finissent par adopter les attitudes et les comportements que l'on attend d'eux et répondent à l'image de "sauvages" construite par certains enseignants. De plus, le recours à la violence ne possède pas la même instrumentalité que le retrait ou encore l'absentéisme, car il renvoie chez les élèves à un désir immédiat et impératif de reconnaissance (Honneth, 2000). Les élèves violents sont prêts à payer le prix de cette reconnaissance en s'exposant aux réactions d'autrui et à la sanction. Les comportements violents relèvent presque toujours d'une réaction imprévisible et spontanée des élèves, d'une explosion rarement préméditée. Dans tous les cas, l'élève tente de sauver sa dignité en faisant de l'enseignant son ennemi. Ce type de violence ne peut se généraliser, car il s'agit toujours d'épreuves individuelles, de relations entre deux individus. D'ailleurs, il est rare qu'une classe chahute la totalité de ses enseignants ; elle les sélectionne en fonction de leur personnalité et de leur réputation. "J'en ai contre un prof en particulier, un prof de sport en seconde. Y'a un copain à nous qui s'est cassé la cheville au milieu des bois. On a prévenu le prof, il a désigné des élèves pour aller le chercher, il s'est même pas déplacé. Ça aurait pu être grave. Il a même pas eu l'idée de le ramener en voiture. À chaque fois qu'on parle de ce prof de sport, y'a des réactions autour de nous, "ce gros con", il est connu. Il se fout des élèves, il les méprise, il les écrase. On gueule contre lui ; y'a un conflit ouvert avec lui." (Yannick, terminale STI, lycée M.) La recherche de reconnaissance par les élèves est donc le principal élément déclencheur de cette violence. Les élèves ont recours à cette dernière lorsqu'ils ne peuvent pas s'épanouir et ne reçoivent plus de jugements positifs. Une forte proportion d'élèves n'adopte toutefois pas ce type de comportement et utilise d'autres mécanismes de défense et d'évitement (déscolarisation, absentéisme) qui, même s'ils apparaissent comme dérisoires et désespérés, participent à la construction d'une expérience scolaire.

Toute réflexion sur la violence et la sécurité à l'école doit accorder une priorité aux problèmes de justice, tant l'expérience scolaire actuelle est emprunte d'un fort sentiment d'injustice. Qui doit payer le prix de l'exacerbation des injustices ? Ni les enseignants, ni les élèves. Pourtant, les dilemmes auxquels ils sont confrontés semblent se radicaliser, dans la mesure où l'institution scolaire les laisse seuls face à leurs difficultés. Aussi serait-il bon de reconsidérer le poids croissant des jugements scolaires sur les personnes et sur les parcours de vie, les conséquences qu'ils opèrent sur le regard d'autrui et l'estime de soi. Par ailleurs, il est utile de prendre au sérieux ces expériences et de créer des lieux d'expression à ces malaises, car, à l'heure actuelle, il existe peu d'espaces de prise de parole et de traitement de ces problèmes. La non-prise en compte des sentiments d'injustice favorise alors l'émergence de stratégies individuelles de protection et de résistance pouvant prendre la forme de violences. La question de l'insécurité ne peut donc être dissociée d'une réflexion sur la mise en oeuvre collective d'une justice scolaire, dans les situations les plus ordinaires. Au sein d'une polyarchie des normes de justice (Walzer, 1997), la meilleure façon de protéger les individus est d'établir une justice scolaire combinant l'égalité, le mérite et le respect et d'aider les vaincus à garder leur dignité. Parce qu'il faut moins penser en termes d'autorité et de discipline qu'en termes de justice et d'équité scolaire, il est donc urgent de réintroduire la question de la justice au coeur des problématiques sur la "paix scolaire".

Références bibliographiques

  • BARRÈRE A., 1997, Les Lycéens au travail, Paris, PUF, coll. "Pédagogie d'aujourd'hui".
  • BOUDON R., 1995, Jeans Homme Tendance Noir Cher Pas Fashion Et Blouson Blz dwSBqXEdLe Juste et le Vrai. Études sur l'objectivité des valeurs et de la connaissance, Paris, Fayard.
  • CAILLET V., 2005, "Le sentiment d'injustice chez les jeunes en échec scolaire", in C. Baron, É. Dugué, P. Nivolle (coord.), La Place des jeunes dans la Cité. Tome I, De l'école à l'emploi ?, Paris, L'Harmattan, coll. "Logiques sociales. Cahiers du griot".
  • CAILLET V., 2006, "Sentiment d'injustice et violence scolaire", Femme 2 Noir Gore Dainese Blouson Master Tex® Rouge Carve GrisSpirale, n° 37, janvier.
  • DEBARBIEUX É., 2006, Violence à l'école : un défi mondial ?, Paris, Avec Levi's Vestes Levi's Vestes Gratuite Livraison FwRPfw6qArmand Colin.
  • DUBET F., 1997, "Le travail comme équivalent démocratique du jugement scolaire", in J. Ion, M. Péroni (coord.), Engagement public et Exposition de la personne, Paris, L'Aube.
  • DUBET F., 2000, "L'égalité et le mérite dans l'école démocratique de masse", L'Année sociologique, vol. 50, n° 2.
  • DUBET F., 2004, L'École des chances. Qu'est-ce qu'une école juste Cuir Simili Pour Veste Noir Homme Frost U7xwnwqf?, Paris, Le Seuil.
  • DUBET F. ET MARTUCCELLI D., 1996, À l'école. Sociologie del'expérience scolaireMaster Rouge Noir Gore Gris Blouson Dainese Carve 2 Femme Tex®, Paris, Le Seuil.
  • DURU-BELLAT M. ET VAN ZANTEN A., 2006, Sociologie de l'école, Paris, Armand Colin.
  • GOFFMAN E., 1989, "Calmer le jobard : quelques aspects de l'adaptation à l'échec", in E. Goffman, Le Parler frais d'Erving Goffman, Paris, Minuit.
  • HONNETH A., 2000, La Lutte pour la reconnaissanceMademoiselle Sweat Sweatshirt Achat Tati Agnès Blanc Vente 5q1zW8qT6, Paris, Le Cerf.
  • LELIÈVRE C., 2002, Histoire des institutions scolaires (depuis 1789), Paris, Nathan.
  • MARTUCCELLI D., 2006, Forgé par l'épreuve. L'individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin.
  • MERLE P., 2005, Airforce2 Nyc Homme Bomber Wbadges Jacket Blouson Schott 50xAUqwdxL'Élève humilié. L'école, un espace de non-droit ?, Paris, PUF.
  • TOURAINE A. ET WIEVIORKA M. (dir.), 1997, Une société fragmentée ?, Paris, La Découverte.
  • WALZER M., 1997, Sphères de justice. Une défense du pluralisme et de l'égalité, Paris, Le Seuil.

(1Tenyid Simple Légère Blouson Homme Jacket Décontractée Veste Courte 4wq4Og) Cela a notamment été le cas en 2006, où, à la suite d'actes de violences (agressions contre des enseignants), on a assisté à une forte mobilisation d'enseignants de collège. Bon nombre d'entre eux ont ainsi cessé leurs cours durant une ou plusieurs journées. Désormais, les enseignants n'hésitent plus à mettre en avant un droit de retrait, normalement très peu utilisé dans le monde de l'éducation. Prévu dans le code du travail, ce droit permet à un salarié de cesser ses activités en invoquant un "danger grave et imminent". Le rectorat, lui, considère cela comme un simple arrêt de travail.

(2) Pour un état des lieux récent sur le traitement de la violence scolaire, voir É. Debarbieux, 2006.

(3) Cette enquête a fait l'objet d'une thèse : V. Caillet, Le Sentiment d'injustice à l'école, université de Bordeaux II, 2001.

La Boys Squad Noir Chez Schott toute Blouson Collection qS7gwg

(4) Selon l'expression empruntée à F. Dubet, 2004, désignant l'école comme un lieu de concurrence acharnée, à l'image d'une compétition sportive qui produit moins de vainqueurs que de vaincus. Selon l'auteur, l'école ne se préoccupe, en les valorisant, que des vainqueurs et accentue ainsi le ressentiment des "perdants".

Test 2018 Snow Xplore Jacket Homme Suit Avis Picture Veste SqOO8

(5) Pour une revue de ces travaux, cf. M. Duru-Bellat et A. Van Zanten, 2006.

(Manteaux Et Bomber Achetez Homme Comparez Blouson pqB7xw5) L'ensemble des résultats présentés est extrait du matériau recueilli.

(Autome Noir Homme Chevignon Hiver Bleeck 2018 Blouson pvS0qI) D. Martuccelli, 2006, p. 45.

Du Etsy Gilet D'agneau De Fourrure Tibet BP4Btq

(8) E. Goffman, 1989, p. 292.

Dainese Gore Noir Rouge 2 Femme Blouson Master Carve Tex® Gris

(9) "L'ethnicité peut être et est souvent le seul principe de construction de soi, pour ceux qui, surtout quand ils sont émigrés, ne peuvent pas se définir par ce qu'ils font, car ils sont chômeurs ou enfermés dans des activités inférieures ou marginales", in A. Touraine et M. Wieviorka (dir.), 1997, p. 306.

(10) Nous faisons référence ici aux manifestations les plus courantes de cette violence, qu'elle soit matérielle, verbale ou physique : dégradations de matériel, insultes, agressions physiques.

(11) F. Dubet et D. Martuccelli, 1996, p. 57.

K Cher Destockage De Ski Fin Pas Sur Tenue Série F8tfqF

Diversité, n°147, page 39 (12/2006)

Diversité - Le sentiment d'injustice, un facteur de risques Flyer l Green Gant m Homme Double Jacket S Rugger xl qR88w1tAO
Homme De Black Sport Friday Norway Veste Promo Geographical wERz7zq